Articles les plus consultés

samedi 7 mars 2015

Egypte : Le Caire, café Groppi



Bonjour,

Retournons aujourd'hui au Caire
afin de découvrir le fameux café Groppi
situé sur la place Talaat Harb,
qui eut ses heures de gloire au début du siècle dernier ! !



On y voit l’immeuble Groppi,
c’est ainsi qu’on l’appelle en général.
C’est d’ailleurs Giacomo Groppi, d’origine suisse,
qui a eu en 1922 cette idée de choisir ce point stratégique
pour y construire un immeuble.
Le café Groppi fut entre les deux guerres le rendez-vous mondain 
de la haute société égyptienne.







Désormais il est, il faut bien avouer un peu désuet
mais il persiste quand même un petit air agréable
du fait de son immense passé ! !



Fondé en 1891 par Giacomo Groppi, un chocolatier suisse, 
au coeur de la Place Soliman Pasha, 
le café s’est très vite installé dans le coeur de la bourgeoisie cairote d’alors,
 à une époque où « Le Caire était le centre du monde ». 
 Entre les aristocrates anglais ou français, et les riches, cultivés égyptiens,
 vivait alors une alchimie faite de thé, de croissants,
 de dattes au chocolat et autres confiseries, vite réputées pour être 
 les meilleures de toutes les terres situées au Sud de la Méditerranée.
Dans un décor qui sans être extravagant, était empli d’un charme
 oscillant entre le Victorien et l’Art-Déco, sous un plafond extrêmement haut,
 entre ses rotondes formant les murs, et 
devant les mosaïques qui émaillaient l’entrée,
 l’on pouvait voir des vitrines aussi belles que gourmandes, 
 chargées des meilleurs marrons glacés, des dattes confites, de croissants,
 de viennoiseries, de chocolats, suisses évidemment, 
 autant de trésors pour les papilles d’une clientèle 
qui aimait à se rencontrer entre ces murs.

Iconique et faste, la chocolaterie des têtes couronnées
C’est que Giacomo et ses successeurs ont vu passer en près de 60 ans
 toutes les grandes figures de la vie politique, diplomatique, 
 culturelle et intellectuelle du Caire. L’intelligentsia cairote se réunissait 
 autour d’une tasse de thé et pouvait débattre entre deux bouchées sucrées 
 de questions de politique ou de société,
 conclure des affaires, ou arranger les mariages. 
 C’était l’endroit pour voir et être vu, et
 à une époque où le centre du Caire n’avait rien 
 à envier à Paris ou Londres en terme de chic et d’ostentatoire, 
 Groppi était le passage obligé des notables cairotes, 
 jusqu’au Roi Farouk lui-même, dont on raconte qu’il a une fois acheté 
 et fait livrer par bateau 100 kg des plus fins chocolats de Groppi 
au Roi Georges d’Angleterre,
 pour en faire cadeau à ses filles Elisabeth et Margaret.


Au début des années 90,
je dois vous dire y avoir croisé encore
quelques messieurs coiffés de tarbouch
et cela conférait à cet endroit un charme particulier ! !


" Café Groppi, témoin de l’évolution de la société en Egypte

L’arrivée de Nasser au pouvoir marqua
le début d’un décrépissement durable pour le café Groppi.
 Haut-lieu de rencontre des dignitaires ou notables étrangers,
 gâterie préférée d’une intelligentsia pas forcément partisane du Général,
 le café Groppi était pour Nasser une marque trop voyante d’attachement
 au passé « dominé » de l’Egypte.
 Entre 1952 et les années 60, le café fut donc victime de plusieurs démantèlements
 et attentats, plus ou moins commandés par le président lui-même,
 qui craignait qu’on y fomente des coups d’Etat.
Après la mort de Nasser, le Café Groppi servait encore
richement l’appareil présidentiel de Sadat, en recevant notamment le Shah d’Iran
 ou le Président américain Richard Nixon lors de leurs visites officielles,
 tout en accueillant les islamistes qui y nourrissaient leurs thèses d’opposition.
Mais peu à peu, le mode de vie autour du café changeait,
la faute à une démographie déchaînée et au fléchissement de la richesse nationale,
et le Café Groppi perdait autant de clients que de splendeur.

 Mais il est écrit que le Café Groppi ne fermerait jamais.



Même pendant les révolutions de 2011 et 2013,
alors que la place Talaat Harb était le théâtre de grandes manifestations,
le café est resté ouvert.
C’est qu’on ne clôt pas plus de 100 ans d’histoire aussi facilement,
 et ce même si les pâtisseries servies aujourd’hui n’ont plus le même faste que jadis.
Le Café Groppi est une relique,
comme à quelques hectomètres l’immeuble Yacoubian.
 Témoin d’une toute autre époque, il relie le Caire à son histoire,
 à son évolution. Et près de sa façade à la peinture écaillée,
 on s’imagine volontiers au temps du tea-time,
80 ans plus tôt, entouré par d’anciens illustres clients."

 Source "petit journal du caire"

Merci de vos passages et à très bientôt ,









Café Groppi du temps de sa splendeur !

Images glanées sur le net .













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire